Roubaix accueille une reine

Détails

Cinéaste : Anonyme
Date : 11 avril 1957
Lieu : Roubaix (59)
Coloration : Couleur
Son : Sonore
Format : 35 mm (procédé cinémascope)
Durée : 12 minutes

synopsis

Au cours de sa visite officielle en France, qui restera une des dates les plus mémorables de l’histoire de l’amitié franco-britannique, sa majesté la Reine Elisabeth II d’Angleterre a tenu à consacrer une journée au département du Nord, manifestant ici l’intérêt qu’elle porte au monde du travail.
Le 11 avril 1957, la Reine et le prince Philippe, duc d’Edimbourg, étaient accueillis au seuil de l’Hôtel de ville de Roubaix, par le maire M. Victor Provo.
Souveraine d’un pays ou fleuri l’industrie textile et d’un Commonwealth dont un des plus beau fleuron est l’Australie, grande productrice de laine, l’illustre visiteuse ne pouvait manquer de s’intéresser au vaste ensemble industriel et commercial que forme le peignage Amédée Prouvost et la Lainière de Roubaix.

Après avoir visité le peignage Amédée Prouvost, les hôtes royaux empruntèrent en voiture le couloir de l’horloge, long de 400 mètres qui conduit chaque jour près de 5000 ouvriers et ouvrières à la Lainière de Roubaix.
M. Jean Prouvost fit les honneurs de son atelier, où toute l’année 350 ouvrières surveillent l’activité de 300 énormes machines.
La Reine et son cortège parcoururent ainsi tout le circuit de la laine.
M. Jean Prouvost donna à la Reine la possibilité de se livrer au plaisir du shopping.
Une rue commerçante typique avait été reconstituée dans l’usine, et les décorateurs les plus en vue y avaient rassemblé toutes les productions du groupe de la Lainière.

Le dernier hommage à la Reine fut rendu par l’usine toute entière : 4800 ouvriers et ouvrières du textile sont venues saluer le départ du cortège royal.
La famille royale quitte la France depuis l’aérodrome de Lesquin.

A propos du procédé cinémascope :
“Le procédé cinémascope permet de réaliser une image panoramique en utilisant toute la surface physique du support, grâce à une compression du flux lumineux dans le bloc optique de la caméra lors de la prise de vue. L’image apparait donc anamorphosée sur la pellicule. A la projection, une optique spéciale devait équiper le projecteur pour redonner l’aspect panoramique.
Ce procédé fut inventé par l’ingénieur français Henri Chrétien en 1926. Dans les année 1950, son exploitation commerciale débuta avec les films produits par la 20th Century Fox. Le cinémascope fut utilisé jusque dans les années 2000. Cette technologie a permis d’exploiter totalement les magnifiques possibilités qu’offrent la pellicule 35 mm et d’imposer ainsi le cinéma comme un véritable spectacle”
Jean-Philippe Bessas, Etalonneur numérique et expert en process de numérisation film