Lancement du Calédonien aux ACF

Détails

Cinéaste : Robert Talphary
Date : 26 avril 1952
Lieu : Dunkerque (59)
Coloration : Noir et blanc
Son : Muet
Format : 16 mm
Durée : 1’43

synopsis

Le Calédonien, paquebot mixte destiné aux Messageries Maritimes, est lancé le 26 avril 1952 aux Ateliers et Chantiers de France de Dunkerque (ACF). La foule est présente sur le quai des Monitors et à bord du paquebot Flandre (lancé le 31 octobre 1951 pour la Compagnie Générale Transatlantique) pour admirer la scène du lancement.
Le remorqueur le Robuste de la Société de Remorquage et de Sauvetage (SDRS) de Dunkerque, construit chez Ziegler, remorque ensuite le Calédonien dans le bassin.
Les bers mobiles demeurés sous la quille et servant à soutenir le navire avant le lancement, remontent à la surface et sont récupérés par les hommes.

 

“Le Calédonien, dont le traçage et l’usinage des pièces a débuté le 2 septembre 1950, est lancé le 26 avril 1952 sur la cale n°5. Ce paquebot mixte, est le sister-ship du Tahiti, construit aux chantiers de Brest. La cérémonie a lieu en présence de nombreuses personnalités au rang desquelles M. Morice, ministre des Travaux Publics et des Transports ; Mme Christian Pineau, marraine du navire. A 14h10, devant une foule venue assister à ce moment toujours exceptionnel, est lancé le navire. Pris en charge par les remorqueurs Robuste, Bélier et Rablé, le paquebot de 156 mètres de long est ensuite conduit au quai d’Armement.”
“Le Calédonien est conçu pour transporter 241 passagers dans d’excellentes conditions.”
“Pour son voyage inaugural, le navire va faire route vers Marseille, puis Alger. Le 1er octobre, il effectue son premier service vers Tahiti et la Nouvelle-Calédonie.”

Source : Frédéric Cornette, Ateliers et Chantiers de France. 85 ans de lancements à Dunkerque. Volume II, 1950-1987. Éditions Société Dunkerquoise d’Histoire et d’Archéologie, 2017. P 22, 23.

 

“Moins de cinq mois sont prévus pour l’achèvement, après le lancement célébré dans la liesse de ce navire à passagers destiné à la ligne d’Extrême-Orient. D’une longueur hors-tout de 167,35 mètres pour une largeur de 20,60 mètres, le Calédonien, doté de deux moteurs développant une puissance totale de 12000 CV, devra réaliser dix-sept noeuds 1/2 aux essais pour remplir, conformément aux usages, le cahier des charges.”

“Parallèlement au « Flandre », les ACF mettent en chantier deux autres navires, le « Cambodge » et le « Calédonien », tous deux destinés à la compagnie des Messageries Maritimes. Entrés en service en 1952 et 1953, ces paquebots mixtes ont pour principale mission de transporter des fonctionnaires et des soldats vers les territoires français d’Asie du Sud-Est et d’Océanie. Spécialement étudié pour le service de la ligne Tahiti-Nouvelle-Calédonie-Australie via le canal de Panama, le « Calédonien » peut accueillir 317 voyageurs dont 76 passagers d’entrepont. Servi par 59 hommes d’équipage, il possède également six cales pouvant recevoir 14284 mètres cubes de marchandises. Désarmé en 1971, il est vendu à un armateur chypriote qui l’affecte à la ligne Le Pirée-Chypre sous le nom de « Nisos Kypros » puis d’« Island of Cyprus » jusqu’à son démantèlement en 1977.”

Sources :
André Merck et Philippe Lemaire  “A.C.F. Dunkerque, Constructeurs de navires”, éditions Sutton, collection Mémoire en images, 1998.
Article paru in “Dunkerque Magazine” N°191 – Décembre 2008