Construction d’une meule de gerbes de blé avant battage

Détails

Cinéaste : Jean Bernard
Date : 1952
Lieu : Lachaussée-du-Bois-d’Écu (60)
Coloration : Noir et blanc
Son : Muet
Format : 9,5 mm
Durée : 1’25

synopsis

“Pour le battage, il était d’usage de déplacer la batteuse à un seul endroit.

Le battage était obligatoirement une opération collective à l’initiative de l’exploitation la plus grande. Le tout mobilisait un nombre important de main d’œuvre.

Le blé mis en gerbe, les agriculteurs ramenaient (par charrettes tractées par des chevaux) toutes ces gerbes à l’endroit choisi pour faire le battage. Compte-tenu des volumes considérables de paille, on faisait des meules qui permettaient d’attendre l’arrivée de la batteuse et qui permettait surtout un stockage de masse au plus près de la machine.

Le travail de force était fait par les hommes, les meules étant montées par les femmes.

Les meules souvent très hautes devaient rester plusieurs semaines en place et devaient protéger la récolte des intempéries en attendant le battage. Peu de villages avaient leur propre batteuse. Celles-ci appartenaient à des sociétés privées ou des coopératives.

Une fois le battage effectué, de nouvelles bottes de paille étaient utilisées par le paysan qui s’en servait toute l’année pour le bétail.”

Pierre Gartner